Send to a friend RSS Share on Twitter Share on Facebook
How do water stress related issues lead to changes in water governance?

Ce séminaire sera l’une des composantes des Rencontres SHF 2019, qui se tiendront à Marne la Vallée (Ecole des Ponts et IFFSTAR) les 20-21-22 novembre 2019, et dont le thème sera : Eaux continentales et littorales : s’adapter au changement global 

 

Les tensions sur l' eau sont de plus en plus fortes : les pays du Sud (bassin Méditerranée notamment) sont affectés en premier lieu, mais les pays situés plus au nord ne sont pas épargnés. Elles constituent un enjeu pour toute une série d’acteurs.  Ces tensions qui s’aggravent posent la question de la gouvernance de la ressource, dans un contexte où les conséquences néfastes des prélèvements sur l’environnement et la durabilité de la ressource sont maintenant évidentes.  Les formes existantes de gouvernance sont questionnées et débattues dans la mesure où s’exacerbent des rapports de force et/ou des blocages en de nombreuses régions.  Repenser les modalités de gouvernance de l’eau dans ce nouveau contexte  est un des enjeux majeurs de l’adaptation aux changements globaux. Le présent séminaire se donne pour objectif d’examiner comment les sciences humaines et sociales  peuvent contribuer à répondre à ce défi. Les organisateurs souhaitent que le séminaire réponde aux objectifs suivants : présenter des cas concrets de tensions sur l’eau (actuels et historiques)  ayant conduit à des situations de réussite et d’échec en termes d’adaptation des modalités de gouvernance pour en tirer des enseignements, identifier des pistes de recherches  pour envisager d’autres façons innovantes de gouverner, encourager les réflexions pluridisciplinaires, et poursuivre la dynamique de travail du réseau « sciences humaines et sociales et les enjeux de l’eau » initié en 2017.

Résumés de deux pages attendus pour le 15 mai 2019.

Séminaire

Comment les tensions sur l’eau conduisent-elles à en repenser la gouvernance ?

L’apport des sciences humaines et sociales pour répondre aux nouveaux enjeux environnementaux et climatiques

 

Paris (Marne la Vallée), 20 novembre 2019

 

Les tensions sur la ressource en eau sont de plus en plus fortes : les pays du Sud (bassin Méditerranée notamment) sont affectés en premier lieu, mais les pays situés plus au nord ne sont pas épargnés. Elles constituent un enjeu pour toute une série d’acteurs. Ces tensions ont été quantifiées et analysées  à l’occasion de nombreux travaux de recherche. Certains  ont été présentés dans des séminaires précédents[1]. Ces tensions qui s’aggravent posent la question de la gouvernance de la ressource, dans un contexte où les conséquences néfastes des prélèvements sur l’environnement et la durabilité de la ressource sont maintenant évidentes.  Les formes existantes de gouvernance sont questionnées, débattues dans la mesure où s’exacerbent des rapports de force et/ou des blocages en de nombreuses régions.  Repenser les modalités de gouvernance de l’eau dans ce nouveau contexte  est un des enjeux majeurs de l’adaptation aux changements globaux. Le présent séminaire se donne pour objectif d’examiner comment les sciences humaines et sociales (ci-après SHS)  peuvent contribuer à répondre à ce défi.

 

Les organisateurs souhaitent que le séminaire réponde aux objectifs suivants : présenter des cas concrets de tensions sur l’eau (actuels et historiques)  ayant conduit à des situations de réussite et d’échec en termes d’adaptation des modalités de gouvernance pour en tirer  des enseignements, identifier les pistes de recherches privilégiées par les sciences humaines et sociales pour envisager d’autres façons de gouverner innovantes, encourager les réflexions pluridisciplinaires, et poursuivre la dynamique de travail du réseau « sciences humaines et sociales et les enjeux de l’eau » initié en 2017.

 

La confrontation de regards divers, d’angles de vue, de retours d’expérience, devrait permettre de faire émerger à terme des leviers possibles pour établir des modalités de gouvernance de l’eau partagées par les parties prenantes, et cohérentes avec les nécessités d’un développement plus équilibré entre natures et sociétés, riches et pauvres, pays du Nord et pays du Sud, notamment dans les situations où les intérêts particuliers entrent en conflit avec l’intérêt général, ses différentes acceptions incarnées par les diverses politiques publiques dont la politique environnementale et plus globalement la gestion des communs.. De même il serait intéressant de présenter des cas de gouvernance qui ont conduit à reconfigurer les relations de pouvoir et rapports de force autour de la ressource en eau.



[1] Voir notamment :

- Les tensions sur l’eau et Europe et dans le bassin Méditerranéen, (SHF – AFEID – Académie de l’Eau – UISF), Marne la Vallée, Ecole des Ponts, octobre 2015

- Journées « Risques de sècheresse et de déficit en eau » (AFPCN), Paris, mars et juin 2017

- Le dessalement participe-t-il aux mesures d’adaptation aux changements climatiques ?  (SHF – Académie de l’Eau – AFEID – ASTEE), Marseille, juin 2018

- Les sciences humaines et sociales et les enjeux de l’eau (SHF – Académie de l’eau), Paris, octobre 2018.

 


Des propositions de communications (deux pages) sont attendues pour le 15 mai 2019. Ces propositions seront lues et évaluées par le comité de pilotage du séminaire, notamment pour leur contribution potentielle à éclaircir la problématique posée plus haut. Il ne sera pas demandé de papier plus détaillé.

Il n’y aura pas de sessions parallèles pour ce séminaire, les communications seront donc présentées soit en communication orale, soit sous forme de posters.

Le séminaire sera ouvert par une communication spéciale (invitée). Il fera l’objet d’une synthèse écrite.



Practical informations
Photos