Risque ruissellement : Diagnostic et Solutions

  • 30 novembre - 2 décembre 2020

Description masquée à renseigner.

Thèmes

  1. Diagnostic et connaissance des phénomènes
  2. Cartographie et évaluation de l’aléa ruissellement et des risques associés
  3. Gestion du risque ruissellement

Co-organisé avec

Appel à Communication

Les politiques et les dispositifs de prévention contre les inondations fluviales et pluviales ont essentiellement porté jusqu’à présent sur les secteurs affectés par les débordements des cours d’eau principaux : programme d’actions de prévention des inondations (PAPI), plans de prévention des risques (PPR), endiguements et barrages régulateurs, services de prévision des crues et vigicrues.

Pourtant, près de la moitié des sinistres liés aux inondations sont aujourd’hui observés hors des emprises connues de débordement de cours d’eau. Le même constat est dressé dans de nombreux autres pays européens. Ces désordres, dispersés sur le territoire et ne correspondant pas à des débordements directs de cours d’eau, sont aujourd’hui rangés dans la catégorie « ruissellement ». Leur importance et leur fréquence imposent leur prise en compte dans les politiques de prévention.

Même si les facteurs de prédisposition et de déclenchement sont de mieux en mieux connus et si des stratégies locales sont parfois définies pour prévenir ce type d’inondations, il n’existe pas de consensus sur les outils scientifiques et techniques pour le diagnostic et l’évaluation du « risque ruissellement » et sur les stratégies de prévention à mettre en place. De nombreuses questions restent posées concernant les sinistres de type « ruissellement ». Quels sont les intensités et la nature exacte des phénomènes qui les provoquent ? A quels types de désordres correspondent ces sinistres ? Est-il possible de déterminer par anticipation les secteurs potentiellement exposés et d’établir des cartes d’exposition et de risques ? Quel est le niveau de fiabilité des méthodes cartographiques et quelles sont les principales sources d’incertitudes ? Quelles mesures de prévention peuvent être mise en œuvre pour réduire les risques associés au ruissellement ? Peut-on réduire les risques par des aménagements collectifs ou individuels adaptés ? Faut-il envisager la délocalisation d’enjeux très exposés ? Peut-on mettre en place des dispositifs de prévision et d’avertissement dédiés aux gestionnaires de crise et à la population ? Comment estimer les valeurs maximales (débits, hauteurs) atteintes en l’absence de capteurs ou suite à la destruction de ces derniers lors d’épisodes remarquables ?

Pour autant, les décideurs locaux se doivent aujourd’hui d’anticiper et de gérer les risques de ruissellement sur la base des connaissances actuelles, des moyens et des outils à leur disposition. L’échange de retours d’expériences issus des territoires est, dans ce contexte, fondamental pour progresser collectivement, partager les réussites, identifier les difficultés à surmonter et contribuer à la définition de réponses et de stratégies d’actions adaptées.

Ce colloque vise à favoriser ce partage de connaissances et d’expériences entre scientifiques, ingénieurs, responsables et acteurs de la mise en œuvre de politiques de prévention. Une place importante sera accordée aux retours d’expérience de terrain, à la valorisation des expériences internationales, à l’évaluation des approches par la confrontation avec les dommages effectivement observés, à l’évaluation des limites des approches ou méthodes qui seront exposées. Le colloque est focalisé sur les désordres et dommages liés à des événements rares, relevant typiquement du dispositif d’indemnisation Cat Nat. Les risques associés aux ruissellements urbains exceptionnels font donc partie du champ couvert par le colloque, mais pas les désordres liés à des dysfonctionnements chroniques de systèmes d’assainissement pluvial urbain par

Organisateurs & Comité Scientifique

  • Eric Gaume (IFSTTAR-Université Gustave Eiffel), animateur du comité
  • Patrick Arnaud (IRSTEA)
  • Lionel Berthet (DGPR/SRNH/STEEGBH)
  • Stéphanie Bidault (CEPRI)
  • Pascal Breil (IRSTEA)
  • Olivier Cerdan (BRGM)
  • Vincent Courtray (DDTM du Gard)
  • Laurent Dieval (DREAL Nouvelle Aquitaine)*
  • Johnny Douvinet (Univ . Avignon)
  • Rémy Garçon (EDF/DTG)
  • Catherine Grémillet (ANEB)
  • Bruno Janet (DGPR/SRNH/SCHAPI)
  • Caroline Joigneau (ANEB)
  • Michel Lang (IRSTEA)

* CST seulement

  • Thierry Le Pelletier (HYDRATEC)
  • David Moncoulon (CCR)
  • Loïc Moulin (SNCF Réseau)
  • Agnès Paillet (Région Occitanie)
  • Carole Paplorey(SHF)
  • Cicely Pams Cappocioni (SNCF Réseau)
  • Frédéric Pons (CEREMA)
  • Yann Queffelean (ONF/RTM)
  • Fabrice Rodriguez (IFSTTAR)
  • Neda Sheibani (SHF)
  • Ghislaine Verrhiest-Leblanc (DREAL PACA/MIIAM)
  • Béatrice Vincendon (Météo France)

Infos Pratiques

École Normale Supérieure de Lyon

15 parvis René Descartes
69342 Lyon

Venir à l’ENS: 

  • Métro ligne B, arrêt « Debourg »

  • Tram T1 ou bus C22 : arrêt « Debourg » pour le site Descartes, « ENS Lyon » pour le site Monod

  • Parking Vélo sur le parvis Descartes et sur la place de l’École.

DATES IMPORTANTES

Appel à communications
1er décembre 2019

Réception des résumés
16 mars 2020

Sélection des résumés
10 avril 2020

Réception des textes pour les actes
15 juin 2020

Avis sur les textes
15 juillet 2020

Programme complet du colloque
1er septembre 2020

Retour des textes et édition des actes
1er octobre 2020

PARTENAIRES